Se dire OUI, mais avant ?

7 juin

Avant de dire OUI à son cher et tendre, la future mariée se prépare !

Tout d’abord, elle songe à son TROUSSEAU. A l’origine, ce mot vient de « trousser » c’est-à-dire « mettre en paquet » comme celui que l’on emportait quand on quittait le foyer familial. Le trousseau est un des rites du mariage. La jeune fille le prépare depuis son enfance. C’est un passe-temps chez les familles de la bourgeoisie ou une obligation chez les familles pauvres. Chez ces dernières, on donnait à la future épouse un seul drap, faute de mieux.
Le trousseau a fait l’objet de mode. Plus il était conséquent, plus on affirmait son rang dans la société. Il vit sa fin arriver avec l’entrée des femmes dans le monde du travail au début des années 50.

Le jour de son union, la mariée peut respecter une tradition qui veut qu’elle porte, pour un mariage réussi, 4 éléments au choix, qui pourront être un vêtement, un tissu, etc, avec des caractéristiques précises :
- Un élément ancien, symbole du lien de la mariée avec sa famille et de sa vie d’avant,
- Un élément neuf, symbole de succès et de réussite pour l’avenir,
- Un élément emprunté, symbole de chance et de bonheur pour la vie du couple,
- Un élément bleu, symbole de fidélité et de pureté pour le couple.

Elle enfile également sa JARRETIERE. Il se dit même que les femmes des cavernes en portaient car elle aurait des pouvoirs magiques. C’est un symbole chez les Hébreux de mystère mais aussi d’amour, de pureté et de fidélité quand elle est blanche et bleue. Par tradition, on la met en vente pour faire participer financièrement les invités et ce bien avant la liste de mariage.

Elle peut également porter un VOILE.

A l’origine, le marié « kidnappait » sa future épouse en lui passant un drap sur la tête. Cette coutume se transforma au temps des mariages arrangés pour signifier que le physique de la mariée n’avait pas à influencer le choix du marié. Après les noces, la mariée utilisait son voile pour coudre une robe de baptême. Aujourd’hui, la mariée coupe parfois son voile en rubans pour les donner aux femmes célibataires en guise de porte-bonheur pour trouver leur futur époux.

J’évoquerai prochainement la couleur de la robe.

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Carolingiansandchurch |
Commemorationcentenaireallo... |
Collectif Les amis du patri... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Midimedieval
| Radiopoilu
| Sarcophage, une tragédie de...